Informations, outils et campagnes dédiés à la prévention du risque alcool
Accueil > Le risque alcool pendant la grossesse

Alcool & grossesse

Envoyer Imprimer PDF

Les femmes enceintes font-elles courir un risque à leur bébé en consommant de l'alcool ?

Aujourd'hui, on le sait, la réponse est oui. Mais il aura fallu attendre 1968 pour en avoir la preuve.

C'est à la suite des travaux du Dr Lemoine, effectués en 1968, que l'on a découvert l'impact de l'alcool sur le fœtus et l'embryon. Depuis cette date, on sait que le nouveau-né peut présenter des malformations, un déficit de croissance et des signes de retard mental.

Chez la femme enceinte, l'alcool traverse en effet facilement la barrière placentaire, touchant ainsi le fœtus. Les conséquences d'une alcoolisation pendant la grossesse peuvent donc être graves :

  • Principales caractéristiques du Syndrome d'Alcoolisation Foetale

 - Malformations cérébrales qui vont être responsables de déficits intellectuels, de déficits de l'apprentissage, de troubles de l'attention et d'hyperactivité. L'alcoolisation foetale est la première cause de retard mental d'origine non génétique de l'enfant ;

- Retard de croissance intra-utérin qui apparait dès le milieu de la grossesse et qui intéresse tous les paramètres biométriques ;

- Dysmorphie crânio faciale (qui peut-être évoquée à l'échographie sur les caractéristiques du profil) ;

- Des malformations sont retrouvées dans 25% des cas environ et sont corrélées à l'importance de l'alcoolisation. Les plus caractéristiques touchent le coeur, le squelette, l'appareil urogénital et la peau.

Il est donc recommandé aux femmes enceintes d'arrêter toute consommation de boissons alcoolisées pendant la durée de leur grossesse mais également pendant l'allaitement car l'enfant absorberait la même quantité d'alcool que sa mère en prenant son repas.

 



Tous droits réservé 2008 -